Musée du Domaine départemental de Sceaux: AffichageDiaporamas

Chemin de fer d'Orléans, Paris à Sceaux et Limours, vers 1900. MIF. INV. 76.5.1

La ligne de chemin de fer de Paris à Sceaux fut inaugurée en 1846 et connue dès son ouverture un succès considérable en permettant aux parisiens de s'aérer à peu de distance. Le premier tracé de la ligne avait son terminus à Sceaux puis fut prolongé jusqu'à Limours en 1867, par Saint-Rémy-lès-Chevreuse. Photo Pascal Lemaître

Tramway à vapeur de Paris à Arpajon, vers 1900. MIF. INV. 89.9.1

Partant de Paris, une ligne de tramway à vapeur baptisée l'Arpajonnais, desservait à la fin du XIXe siècle, les villes de l'Essonne situées le long de la route nationale. Elle assurait l'acheminement de la production maraîchère de la banlieue sud vers les halles parisiennes. Elle fut exploitée jusqu'en 1937. Photo Pascal Lemaître

Aloys-François-Joseph Loir, dit Luigi, Chemin de fer d'Orléans, Banlieue de Paris, vers 1904. MIF. INV. 82.22.2

La ligne Paris-Orléans fut la première ligne établie en France sur une distance de plus de cent kilomètres. Elle fut inaugurée en 1843. Cette affiche vante la desserte de la banlieue encore champêtre et mets en valeur la commune d'Athis-Mons. Photo Pascal Lemaître.

Maurice Toussaint, Chemin de fer du Nord. L'Isle-Adam, 1925-1930. MIF. INV. 89.39.1

La plage de l'Isle Adam aménagée au XIXe siècle dans un bras de l'Oise, attirait dès cette époque les parisiens en quête de dépaysement. La gare était située sur le tracé de la ligne Paris-Lille. Une base de loisirs existe encore aujourd'hui. Photo Pascal Lemaître.

J.R.H., Lotissement du parc de Sceaux, 1929. MIF. INV. 95.9.1

Le département de la Seine devint propriétaire du Domaine de Sceaux en 1923 et souhaita rapidement le remettre en état pour l'ouvrir au public. De vastes travaux de restauration furent entrepris, financés par la vente à partir de 1929 d'une partie des terrains aux particuliers, selon un cahier des charges très strict. Photo Pascal Lemaître.

Albert Guillaume, Fontenay-aux-Roses, lotissement du parc des Ormeaux, 1900. MIF. INV. 58.3.1

Au début du XXe siècle, le percement à Fontenay-aux-Roses du boulevard de la République, entraina le lotissement de terrains, dont le parc des Ormeaux. Cette nouvelle voie reliait la gare avec la partie ouest de la commune qui connaissait alors une forte croissance démographique. Photo Pascal Lemaître.

Ferdinand Bac, Lotissement du parc de Garches, ancienne propriété de la princesse de Beauvau-Craon, vers 1900. MIF. INV. 64.27.1

A la fin du XIXe siècle, le parc de Garches se situait sur le plateau de Buzenval. Cette propriété dévastée pendant la guerre de 1870, fut lotie comme beaucoup d'autres au moment de la reconstruction de la ville après la guerre. Photo Pascal Lemaître.

Lotissement du parc de Berny, vers 1920. MIF. INV. 81.8.1

Le domaine de Berny, connu une histoire prestigieuse jusqu'au XVIIIe siècle, mais ne survit pas à la Révolution. Très abîmé, il fut loti au XXe siècle, à une époque où la demande de terrains à bâtir dans des communes bien desservies par des lignes de chemin de fer entraînait une forte spéculation immobilière. Photo Pascal Lemaître.

Le Bal des canotiers de Bougival, dernier quart du XIXe siècle. MIF. INV. 75.4.16

Vers 1840, la construction d'écluses sur la Seine permis d'aménager vers Bougival un plan d'eau propice au canotage. Le Bal des canotiers fut lancé vers 1870 dans un champ décoré de lampions. Une auberge fut construite vers 1880. Le bal dura jusqu'à la veille de la seconde guerre mondiale, date à laquelle le restaurant fut détruit. Photo Pascal Lemaître.

A. Michèle, Fête de Neuilly-sur-Seine, 1900. MIF. INV. 61.20.1

Les origines de la fête de Neuilly, baptisée fête à Neu-Neu, remontent au début du XIXe siècle. Dès son lancement, le succès fut immédiat. L'ensemble des stands et des attractions s'installaient en été le long de l'avenue de Neuilly, actuelle avenue Charles de Gaulle. La fête connu son apogée à la Belle Epoque. Elle disparaîtra en 1937. Photo Pascal Lemaître.

Thor, Cycles, motos et tricars Griffon à Courbevoie, vers 1900. Musée de l'Ile-de-France. INV. 84.57.1

Les Etablissements Griffon de Courbevoie firent partie des nombreuses entreprises de construction de cycles et de motocycles qui s'implantèrent au tournant du siècle dans l'ouest parisien. L'entreprise produisit aussi des tricars, sorte de véhicules à trois roues qui connurent peu de succès, puis des automobiles. La marque subsista jusque dans les années cinquante. Photo Pascal Lemaître.

Géo Blott, Les cycles Michaux seulement, Cirr...culez, 1896. MIF. INV. 77.16.2

C'est Pierre Michaux qui inventa le système du pédalier entre 1855 et 1861. Il fonda sa société de carrosserie à Paris dont l'usine était située sur les quais à Saint-Cloud. En 1868, la direction de l'entreprise organisa la première course cycliste de l'histoire dans le parc de Saint Cloud, sur un circuit de 2 kilomètres. Photo Pascal Lemaître.

François Faber le géant de la route, sur bicyclette Alcyon, vers 1910. MIF. INV. 77.16.1

En 1902, une société de fabrication de cycles exploitant la marque Alcyon s'installa à Neuilly. L'usine connu un fort développement, notamment lors de la guerre de 14-18, en fournissant l'armée française. La marque participa au tour de France jusqu'en 1962, date de la disparition de l'équipe. Photo Pascal Lemaître.