Musée du Domaine départemental de Sceaux: Les expositions
Le domaine de sceaux
  • Vous êtes ici :
  • Accueil
  • › Les expositions

Les expositions

  • WATTEAU

    Un siècle de dessin français - Chefs-d'oeuvre du musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon

    Du 16 septembre au 12 février 2017 (prolongations), au Château du domaine départemental de Sceaux.
    Exposition ouverte tous les jours sauf le lundi, de 14h à 18h30 jusqu'au 31 octobre et de 13h à 17h à partir du 1er novembre - Tarif : 4€ / tarif réduit : 2.50€


    Depuis plusieurs années, le musée du Domaine départemental de Sceaux a pris le parti d’inviter les grands musées de province à présenter un florilège de leurs plus belles pièces d’arts graphiques. La première exposition, Le Dessin français de paysage aux XVIIe et XVIIIe siècles, eut lieu en 2011, suivie d’une présentation de quelque soixante-dix dessins d’Ingres, organisée en partenariat avec le musée Ingres de Montauban (2012). Sur le même principe furent exposés, en 2013, les fleurons d’une célèbre collection privée, celle d’Isabelle et Christian Adrien ; puis ce furent le musée des Beaux-Arts d’Angers, en 2014 (De Rubens à Delacroix), et enfin le musée de la Cité de la céramique Sèvres et Limoges, en 2015 (L’Œil du maître, Esquisses de François Desportes) dont les plus belles feuilles vinrent orner les cimaises du musée. Ces quelques rendez-vous ont suffi à faire du musée du Domaine départemental de Sceaux l’un des lieux identifiés de l’étude et de la valorisation de l’art du dessin, ce à l’échelon national.

    2016 voit aboutir un partenariat avec l’un des cabinets d’arts graphiques les plus riches constitués en région, celui du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon. Le choix a été fait de valoriser le fonds français du XVIIe siècle, particulièrement riche et prestigieux, autrefois constitué par le peintre Jean Gigoux et donné par lui au musée bisontin en 1894. Incidemment, ce XVIIe siècle correspond à la naissance du Domaine de Sceaux dont le créateur et propriétaire, l’illustre Jean-Baptiste Colbert, connut et encadra – au titre de surintendant des Bâtiments du roi et protecteur de l’Académie royale de peinture et de sculpture – la plupart des artistes dont les œuvres seront exposées.

    Cette époque, qui comprend les règnes de Louis XIII et de Louis XIV, est surtout celle de l’émergence d’une esthétique – et donc d’une culture – proprement française, favorisée et accompagnée par un pouvoir politique soucieux de sa grandeur. Tous les peintres et dessinateurs majeurs du siècle seront représentés dans l’exposition : Simon Vouet (avec une dizaine de feuilles) et ses principaux élèves (dont Eustache Le Sueur), Nicolas Poussin, Claude Gelée dit Le Lorrain, Charles Le Brun. Le parcours s’ouvre sur une feuille de Pierre Brébiette, très marquée encore par l’influence italienne du XVIe siècle, et s’achève avec Jean-Antoine Watteau, mort six ans seulement après le Roi-Soleil, mais porteur déjà de toutes les voluptés (et de tous les doutes) du siècle des Lumières. Entre ces deux extrêmes sont évoquées les principales tendances du XVIIe siècle : le classicisme initié par Poussin et cultivé par Laurent de La Hyre, François Perrier ou Sébastien Bourdon ; l’académisme savant des proches de Le Brun, tels François Verdier, Claude Audran, Louis Licherie ; l’inflexion coloriste de la fin du siècle, illustrée par les dessins aux trois crayons (sanguine, pierre noire et craie blanche) de Charles de La Fosse et, bien sûr, de Watteau lui-même. Le dessin de paysage (Pierre Patel, Adam Frans van der Meulen, Etienne Allegrain…) et de portrait (Claude Mellan, François de Troy, Hyacinthe Rigaud…) seront abordés comme des chapitres particuliers de l’histoire du dessin français de cette époque.

    Par ce nouvel échange avec un grand musée, le Conseil départemental des Hauts-de-Seine manifeste une fois de plus sa volonté de favoriser l’accès du plus large public aux œuvres d’art les plus recherchées. Un parcours pédagogique, particulièrement soigné, permettra aux visiteurs non spécialisés de comprendre et d’assimiler les caractéristiques techniques et méthodologiques qui accompagnent l’étude et la connaissance du dessin ancien.

    Animations autour de l'exposition

    -    Ateliers pour adultes : le musée du Domaine départemental de Sceaux propose des ateliers de dessin consacrés aux techniques anciennes : fusain, plume et encre, sanguine, trois crayons…  Cette découverte des techniques anciennes sera thématique (volume, perspective aérienne, portrait, corps humain) et progressive, en lien étroit avec les œuvres exposées. La salle d’atelier occupera le fond de l’enfilade des salles du premier étage du château de Sceaux. Certains dessins pourront y être présentés afin d’établir une continuité avec les maîtres anciens de l’exposition.   
    Intervenant Guillaume Le Baube, artiste-enseignant, tous les dimanches, sauf les premiers dimanches du mois, de 14h à 17h. Tarif : 6,50 euros – tarif réduit 4,50 euros. Sur réservation au 01 41 87 29 71

    -   25 septembre : Les bases du dessin (réalisation d’un dégradé ; pierre noire)
    -   9 octobre : Le volume (réalisation d’un dessin d’après un moulage de plâtre ; fusain et estompe)
    -  16 octobre : Notions de composition (réalisation d’une nature morte ; pierre noire, sanguine, plume)
    -   23 octobre : La perspective aérienne (volume et plans dans les arbres et dans les nuages, travail des lointains ; lavis ou plume et lavis)
    -   30 octobre : La perspective linéaire (placer des personnages en perspective dans un paysage ; crayon graphite)
    -   13 novembre : Le portrait (représentation d’une tête, dessin d’un œil, d’un nez, d’une oreille ; sanguine, puis technique des Trois crayons)
    -   20 novembre : Le portrait (réalisation d’un dessin d’après un buste en plâtre ; fusain, estompe, gomme « mie de pain »)
    -  27 novembre : Le corps humain (exercice de mémoire et représentation d’après documents ; sanguine, puis technique des Trois crayons)
    -   11 décembre : Le corps humain et le drapé (représentation du mouvement ; technique libre)

    Téléchargez la liste des fournitures des ateliers dessin de Guillaume Le Baube

    -    Ateliers pour enfants : Après avoir observé quelques œuvres de l’exposition et l’utilisation respective de la pierre noire, de la sanguine et de la craie blanche sur les feuilles anciennes, les enfants sont invités, lors d’un atelier de dessin, à utiliser ces trois couleurs.
    Par un médiateur du musée, tous les premiers dimanches du mois de 14h30 à 16h30. Sur réservation au 01 41 87 29 71. Gratuit.

    -    Visites - ateliers pour les scolaires à partir du CM1 : Afin de permettre un meilleur confort de visite, les classes seront divisées en deux groupes. Une demi-classe visitera l’exposition pendant que l’autre groupe participera à un atelier de dessin aux trois crayons (pierre noire, sanguine, craie blanche). Lors de la séance suivante, les groupes seront inversés. A l’issue de l’atelier, quelques œuvres seront conservées pour décorer la salle d’atelier, le temps de l’exposition.
    Par un médiateur du musée, possible les mardis et jeudis. Durée de l’atelier 1h30. Sur réservation au 01 41 87 29 71. Tarif 1€ par enfant

    -      Des visites guidées sont possibles du mardi au vendredi pour les groupes de 10 à 25 personnes, sur réservation uniquement au 01 41 87 29 71

    -     Rencontre autour du dessin ancien : le samedi 8 octobre de 9h45 à 18h, à l'Orangerie

    Cette journée, en accès libre dans la limite des places disponibles, s’adresse à tous les publics. Elle a été conçue de façon pédagogique et conviendra particulièrement aux néophytes qui souhaiteraient apprendre les rudiments du collectionnisme et partager les petits secrets des amateurs chevronnés. Quatre interventions, en matinée, seront ainsi consacrées à des questions techniques et porteront sur la fabrication et l’aspect des papiers anciens ; sur les techniques utilisées pour laisser une trace, suggérer une masse d’ombre ou une zone de couleur, selon les époques et selon les lieux ; sur les fonctions du dessin, qui peut être de premier jet ou poussé jusqu’à l’illusionnisme ; sur les grands collectionneurs, leurs partis pris, leurs habitudes et les petites marques mystérieuses qui permettent de les identifier…
    L’après-midi, cinq spécialistes présenteront les caractéristiques techniques, stylistiques et esthétiques de l’un des quatre grands dessinateurs français du XVIIe siècle et du début du XVIIIe : Simon Vouet, Nicolas Poussin, Charles Le Brun et Antoine Watteau. Les pratiques d’atelier et l’enseignement académique seront aussi évoqués. Ainsi, à l’issue de cette journée de rencontres, les participants disposeront d’un appareil critique très utile à la visite de l’exposition, où ils seront d’ailleurs invités à se rendre librement.
    Accès libre dans la limite des places disponibles
    Réservation obligatoire, avant le 5 octobre, au 01 41 87 29 71

    Téléchargez le programme complet des animations autour de l'exposition

  • vue de la chapelle royale de versailles Lepautre

    Pierre Lepautre

    L’année 2016 est l’occasion de rendre hommage à Pierre Lepautre (1652 – 1716). Graveur du roi Louis XIV et collaborateur direct de l’architecte Jules Hardouin-Mansart,  il contribua à partir des années 1690 à l’évolution du style décoratif français, annonçant le style Louis XV. Dessinateur prolixe maîtrisant aussi bien l’ornement que les figures et la perspective, il fut à la fois vignettiste, graveur d’histoire et d’architecture. Les estampes conservées par le musée illustrent les travaux royaux de la fin du règne de Louis XIV.

    En salle Guimard au premier étage du Château du 1er juin au 21 août. Ouvert tous les jours sauf le lundi de 14h à 18h30.
    Renseignements au 01 41 87 29 71

    Téléchargez la feuille de salle

  • Paysages-damoye-vignette

    Du romantisme à l'impressionnisme - Les environs de Paris

    Du vendredi 18 mars au dimanche 10 juillet 2016 - au Château
    Tous les jours sauf le lundi, de 14h à 18h30 - Tarif : 4€ / tarif réduit : 2.50€

    Un projet : la Vallée de la culture
    La vallée de la Seine est rendue à la culture et aux arts par la création d’équipements d’importance internationale : la Cité musicale départementale de l’Île Seguin et le musée Albert-Kahn. Dans la continuité de ce geste, le Conseil départemental des Hauts-de-Seine célèbre les paysages naturels ou bâtis des bords du fleuve et des environs de la capitale. Tout au long du XIXe siècle, ces lieux furent en effet le berceau d’avancées artistiques majeures et, de l’époque romantique à celle de l’impressionnisme, les plus grands peintres se sont forgés un nom en brossant les images sublimées – devenues pour beaucoup de célèbres chefs-d’oeuvre – d’un cadre de vie exceptionnel : celui d’une vallée portant naturellement au désir de culture.

Site internet du département des Hauts-de-Seine

domaine-de-sceaux.hauts-de-seine.fr est un site du conseil départemental des Hauts-de-Seine