Musée du Domaine départemental de Sceaux: Zarafa, première girafe de France ! (copie 1)
Le domaine de sceaux

L'histoire incroyable d'un animal exotique au XIXe siècle

Zarafa, première girafe de France !

Le Musée de l'Ile-de-France retrace, à travers une présentation de la collection Dardaud, l'histoire de Zarafa, première girafe en France, offerte à Charles X en 1826. Devenue une vedette, elle engendre une véritable girafomania qui s'empare du pays. Médailles, statuettes en bronze, encriers, vaisselles, moules à gâteaux, bonbonnières, tabatières, pains d’épices… à l'effigie de la girafe passionnent les contemporains. Des tissus et des papiers peints portent la référence : "ventre de girafe", "girafe amoureuse" ou "girafe en exil".

D'espèce nubienne, la jeune girafe est capturée dans le désert du Kordofan, futur Soudan. Son nom, de l'arabe zeraffa, signifie "l'agréable" ou "la charmante".

Par felouque sur le Nil, la première partie de son périple la mène jusqu'à Alexandrie. Puis elle traverse la Méditerranée à bord d'un brigantin à deux mats, dont un carré du pont a été scié pour que son cou puisse émerger de la cale. Trois vaches l'accompagnent et lui procurent un lait nourricier. Elle arrive à Marseille le 23 octobre 1826 où elle est mise en quarantaine au lazaret. Le bruit se répand dans la ville qu’une sorte de monstre de taille exceptionnelle et de constitution extravagante, pourrait être l’incarnation de la Tarrasque. Le préfet des Bouches du Rhône prend la décision de faire installer la girafe dans une étable édifiée dans la cour de son hôtel particulier.

Cette "jeune fille du désert" va méditer tout l'hiver à Marseille sur son fabuleux destin : vivant présent de Méhémet-Ali,  pacha d'Egypte, au roi Charles X. Les "diners à la girafe" permettent d'apprécier la peau blanche ornée de tâches rousses bien dessinées, la robe élégante, les formes gracieuses, l'air doux et même caressant de cet extraordinaire cadeau royal.

Le 20 mai 1827, le printemps venu, Zarafa, quitte Marseille. Elle remonte à sabots la vallée du Rhône et traverse la Bourgogne, avant d'atteindre la capitale, soit 880 kilomètres. Etienne Geoffroy Saint-Hilaire, le célèbre naturaliste ayant participé à la campagne d’Egypte de Napoléon, veille sur l'animal et rédige un journal qui rend compte des divers épisodes du périple. La belle sera habillée d’un manteau de pluie, costume deux pièces en toile gommée, boutonné sur le devant, avec capuche pour la tête, frappé d'un coté des armes du pacha d'Egypte et de l'autre de celles du roi de France. Ses palefreniers Hassan et Atir la maintiennent à la longe.

Après 42 jours de marche dont une traversée mouvementée de Lyon, elle arrive aux abords de Paris. La présentation au roi Charles X et aux enfants de la duchesse de Berry, se déroule le 9 juillet 1827, devant l'Orangerie du château de Saint-Cloud. La silhouette élégante de Zarafa déclenche l’admiration. Son affabilité l’encourage à manger dans la main du roi des feuilles de roses dont elle est friande.

Ainsi la première girafe foulant le sol de France devient une vedette.  Dès lors une véritable girafomania s’empare du pays. Médailles, statuettes en bronze, encriers, vaisselles, moules à gâteaux, bonbonnières, tabatières, pains d’épices… à l'effigie de la girafe passionnent les contemporains. Des tissus et des papiers peints portent la référence : "ventre de girafe", "girafe amoureuse" ou "girafe en exil".

Après cette période de gloire, elle est installée au Jardin des Plantes où 600.000 parisiens viennent l'admirer. Elle mourut célibataire dans sa 21ème année au début de 1845, sans avoir pu rencontrer le mâle qui lui était destiné en Italie.

La plupart des œuvres présentées dans cette exposition (dans le château) proviennent de donation Gabriel Dardaud au musée de l'Ile-de-France.

Site internet du département des Hauts-de-Seine

domaine-de-sceaux.hauts-de-seine.fr est un site du conseil départemental des Hauts-de-Seine