Musée du Domaine départemental de Sceaux: Georges Michel, la passion du paysage
Le domaine de sceaux

Georges Michel, la passion du paysage

La passion du paysage

Georges Michel

Georges Michel demeure encore aujourd’hui méconnu ; il le fut de son vivant et n’eut l’honneur d’une réhabilitation qu’au lendemain de sa mort, avant de sombrer à nouveau dans l’oubli. Né en 1763, il traverse les règnes de Louis XV et de Louis XVI, la période révolutionnaire et la Restauration, pour disparaître en 1843, quelques années avant la chute de la Monarchie de Juillet, à l’âge de 80 ans. Son nom apparaît dans les livrets des dernières expositions du XVIIIe siècle, sans que sa peinture ne retienne véritablement l’attention des amateurs.  

Son indépendance d’esprit, son goût pour la peinture hollandaise et pour ce que l’on pourrait appeler un paysage d’émotion -fruit d’une observation directe de la nature, dépourvu de sujet historique dominant, l’éloignent peu à peu de l’Académie, plus sensible aux compositions de Pierre-Henri de Valenciennes, en qui les contemporains voyaient la réincarnation de Poussin. Georges Michel meurt lorsque Corot, Courbet et Daubigny remportent de premiers succès. C’est par ailleurs la génération des peintres de l’Ecole de Barbizon qui s’intéressera d’abord à son travail, plus particulièrement Jules Dupré.

Incontestablement à l’avant-garde d’une nouvelle approche du paysage, qui aboutit, vers 1830, à la pratique du plein air, Georges Michel est un peintre qui retient sans mal l’attention. La précocité de sa carrière, ainsi que sa longévité, l’originalité de sa facture, en font l’artiste le plus intéressant de son époque et, comme le diront certains admirateurs, le « père du paysage moderne ». 

George Michel commence sa carrière en tant que professeur de dessin ce qui lui offre l’opportunité d’approcher d’utiles admirateurs, notamment le duc et la duchesse de Guiche, M. de Grammont-Voulgy ou encore Jean-Baptiste Roslin, baron d’Ivry, peintre amateur et soutien indéfectible de Michel -et à vrai dire, son unique acheteur pendant de nombreuses années. En qualité de professeur particulier, il accomplit les seuls voyages de son existence : il accompagne l’Intendant Grammont-Voulgy sur les bords du Rhin et les Guiche, en Suisse. Cette période d’escapades –qui se situerait entre 1783 et 1789- ne se renouvèlera pas : Georges Michel sera un peintre sédentaire, fidèle aux territoires de son enfance -la plaine de Saint-Denis-, comblé par les paysages de la Butte Montmartre ou les vues pittoresques des quais de Paris.

Site internet du département des Hauts-de-Seine

domaine-de-sceaux.hauts-de-seine.fr est un site du conseil départemental des Hauts-de-Seine