Musée du Domaine départemental de Sceaux: Papier-peint imprimé du XVIIIe siècle
Le domaine de sceaux

Papier peint imprimé du XVIIIe siècle

De Jean-Baptiste RÉVEILLON

Papier peint imprimé du XVIIIe siècle

Venez apprécier l'œuvre du mois exposée dans la salle Guimard. Ce papier peint aux couleurs intactes, réalisé dans une manufacture de Jean-Baptiste Réveillon, date de 1780. Il provient de la chambre à coucher de François Batbedat, un armateur de Bayonne résidant dans les Landes, et présente le même motif raffiné que les rideaux en toile de Jouy à décor d'indienne qui, dans la chambre à coucher, encadraient le lit situé dans une alcôve.

En 1990, le musée de l'Île-de-France se portait acquéreur de quatre paires de rideaux en toile de Jouy à décor d'indienne et de deux rouleaux de papier peint ornés d’un dessin identique, datés de 1780. Cet ensemble exceptionnel provenait d’une demeure des Landes, autrefois maison de campagne d’un armateur et négociant de Bayonne, François Batbedat (1745-1806).
Dans la chambre du maître des lieux, deux fenêtres et deux portes vitrées, l'une d’elles donnant sur une alcôve, étaient encadrées de rideaux en toile de coton, à décor imprimé sur fond blanc. L'alcôve était tapissée d’un papier peint de même motif : de grandes tiges fleuries de dahlias, hortensias, lotus et autres fleurs des Indes, agrémentées d’oiseaux, dont des pintades, et de papillons.
Les deux rouleaux entrés dans nos collections, retrouvés sur place, n’ont jamais été utilisés, si bien que les couleurs en ont gardé leur fraîcheur. Le papier vergé dont ils sont constitués porte en filigrane la date « 1780 », une grappe de raisin, évoquant le format « raisin » de la feuille, et le sigle « DLC », indiquant la fabrique de papier Delagarde à Courtalin (actuelle Seine-et-Marne), alors propriété de Jean-Baptiste Réveillon.
La toile de Jouy porte quant à elle un chef de pièce (marque de l'entreprise) utilisé de 1762 à 1783 à la manufacture Oberkampf de Jouy-en-Josas. Le dessin et les couleurs du motif, conservé au Musée des Arts Décoratifs de Paris, auraient été relevés à Jouy sur une authentique indienne, c'est-à-dire une toile imprimée aux Indes. Ce relevé a ensuite servi de modèle aux graveurs des deux manufactures. Les légères différences entre les dessins du papier et du tissu montrent que chaque manufacture a réalisé ses propres planches pour l’impression.

Jean-Baptiste RÉVEILLON, papier peint imprimé à la planche sur papier vergé rabouté en rouleau, 1780 H. 250 cm., L. 108 cm., inv. 90.49.15

Jean-Baptiste Réveillon (1725-1811) avait ouvert sa propre entreprise de papier peint à Paris en 1759. Les techniques qu'il appliquait, collage des feuilles de papier en rouleau et impression à la planche de bois à la façon des indiennes, lui avaient permis d'adopter un mode de production industriel. La division du travail entre des ouvriers spécialisés augmentait considérablement le rendement. De l'élaboration et la fabrication des matières premières, papier et couleurs, à la commercialisation des rouleaux dans le magasin attenant aux ateliers, toute la chaîne de production était sous l’autorité et le contrôle d’un seul homme.
Etalés sur de longues tables, les rouleaux de papier étaient d’abord foncés, c’est-à-dire peints à la brosse à la détrempe, pour réaliser les fonds. Puis les motifs étaient imprimés à la planche, à raison d’une planche au moins par couleur.
Sur le papier conservé au musée de l'Île-de-France, seul le contour du dessin est imprimé, en noir pour les feuillages et en rouge pour les fleurs, les autres couleurs, dites de rentrure, étant appliquées au pinceau comme sur les papiers chinois. C'est donc un produit de grand luxe que le papier acheté par François Batbedat à l'un des meilleurs entrepreneurs du royaume. En effet, après  le rachat en 1771 à la veuve d'Etienne Delagarde de la manufacture de papier de Courtalin en Brie, Réveillon sollicita et obtint, en 1783 et 1784, le statut de manufacture royale pour ses deux fabriques.

Site internet du département des Hauts-de-Seine

domaine-de-sceaux.hauts-de-seine.fr est un site du conseil départemental des Hauts-de-Seine