Musée du Domaine départemental de Sceaux: Pierre-Benoit Marcion, fournisseur du Premier Empire
Le domaine de sceaux

Un mobilier de salon de l'époque Premier Empire

Pierre-Benoit Marcion, fournisseur du Premier Empire

Sommaire

De ses débuts à la première commande officielle

Actif de 1798 à 1817, Marcion fut un des principaux fournisseurs de l'empereur Napoléon Ier, le second après Jacob-Desmalter.

En 1798, alors qu'il venait de transférer son atelier et son magasin, Aux égyptiens, 41, rue Neuve-des-Petits-Champs, près la rue Chabanais, il fit paraître des annonces invitant le public à voir son choix de meubles de genre, en bois d'acajou, richement ornés de bronzes, d'après les belles formes des antiquités étrusques, égyptiennes, grecques et romaines. Artisan très qualifié, il était à la fois menuisier, ébéniste, sculpteur et fabriquant de bronzes.

Exécutée de 1801 à 1802, sa première commande officielle comprenait un ensemble de chaises dites "curule" (dans l’Antiquité, la chaise curule, en ivoire, était réservée aux premiers magistrats de Rome), en acajou, pour le Sénat conservateur, dont 49 ornent encore le palais du Luxembourg, à Paris.

Mobilier Marcion dans le Salon Rouge

Mobilier Marcion dans le Salon Rouge

Détail du tabouret curule

Détail du tabouret curule

Détail d'une chaise

tothetop
  • Mobilier Marcion dans le Salon Rouge
  • Mobilier Marcion dans le Salon Rouge
  • Détail du tabouret curule
  • Détail du tabouret curule
  • Détail d'une chaise
tothebottom



Un grand fournisseur du pouvoir

Pierre-Benoit Marcion produisit de nombreux sièges, canapés, bergères, fauteuils, chaises, tabourets de pied, mais également des meubles d'ébénisterie, secrétaires, commodes, bibliothèques, bureaux et consoles.

A partir de 1806, il livra de nombreux meubles pour le Palais des Tuileries et le château de Saint-Cloud notamment pour la chambre et le cabinet de l'Empereur Napoléon Ier, ainsi que pour l’appartement de Madame mère au château de Fontainebleau. Le Grand et le Petit Trianon furent ornés de ces créations, ainsi que le palais de Monte-Cavallo, à Rome.

A partir de 1807, Napoléon Ier fit installer, pour son usage et celui de l’impératrice, de nouveaux lavabos, dénommés "athéniennes", dans chacun de ses palais. Leurs dimensions, la qualité et l'originalité des décors, l'exécution soignée de l'ébénisterie, des bronzes et des cuvettes en porcelaine de Sèvres, en font des créations exceptionnelles.

Son chef-d'oeuvre reste vraisemblablement la luxueuse psyché ovale à huit pieds, flanquée de deux sphinges sculptées, qui orne la chambre du roi de Rome au château de Compiègne.

Il fit une demande en 1812, qu'il réitéra en 1813, en vue d'obtenir de Napoléon Ier un brevet lui permettant de porter le titre d'ébéniste et menuisier en meubles de S. M. l’Empereur, mais cette demande resta sans suite.

Dans les premières années de la Restauration, les affaires devinrent difficiles, aussi Marcion décida-t-il de se retirer à Château-Thierry, puis vers 1830, il revint à Paris où il s'éteignit en 1840.

Site internet du département des Hauts-de-Seine

domaine-de-sceaux.hauts-de-seine.fr est un site du conseil départemental des Hauts-de-Seine