Musée du Domaine départemental de Sceaux: Renefer
Le domaine de sceaux

Renefer, un peintre entre Corot et Marquet

Jean Constant Raymond Fontanet, dit RENEFER

Un peintre entre Corot et Marquet

Dessinateur et graveur de formation, il excelle dans l'art de l'illustration et ne prend véritablement les pinceaux qu'après la Première Guerre mondiale. Révélé, en 1905, par le Salon des Artistes Français, il participe, dès 1910, au Salon des Indépendants, puis prend part au Salon d'Automne. Il fera plus tard l'objet d'expositions personnelles, remarquées par la critique, qui le situait entre Corot et Marquet.

De son vrai nom Jean Constant Raymond Fontanet, Renefer a essentiellement travaillé en Ile-de-France, en particulier sur les rives de la Seine et de l'Oise. Elève d’André Paulin Bertrand, à l'Ecole Nationale des beaux-arts de Paris, Renefer marque très tôt un intérêt particulier pour le paysage, même s'il s'intéresse également à la nature morte et aux scènes de la vie quotidienne.

Renefer, Jean Constant Raymond Fontanet dit, Fin d'Oise, huile sur toile, vers 1933. Inv. 49.6.13.
Renefer, Jean Constant Raymond Fontanet dit,
Fin d'Oise, huile sur toile, vers 1933. Inv. 49.6.13.
Photo Pascal Lemaître.

Mobilisé pendant la Grande Guerre, Renefer apparaît en chroniqueur attentif, comme l'attestent de nombreux carnets de croquis mettant en scène ses camarades d'infortune, mais aussi une abondante correspondance, souvent illustrée de petits dessins mis en couleurs. L'un de ces carnets de guerre, adressé à sa fille, qu'il avait affectueusement surnommée « Belle Petite Monde », porte le témoignage touchant d'une Histoire de Poilus racontée aux enfants. Il est encore sur le front lorsqu'il exécute les eaux-fortes destinées à illustrer Le Feu d'Henri Barbusse, à la demande de l'éditeur d'art Gaston Boutitie. Illustrateur apprécié et recherché (A. Daudet, Le Nabab : roman de moeurs parisiennes, Paris, Ernest Flammarion Editeur, 1926 ; P. Loti, Mon frère Yves, Ed. Le Livre Contemporain, 1927), il dirigera les collections de livres d'art des éditions Flammarion.

Domicilié rue Lemercier, à Paris (XVIIème arrdt.), Renefer observe et décrit avec attention le quartier des Batignolles et celui des Epinettes. Dans les années 1930, il occupe un atelier à la "cité « Montmartre aux artistes", rue Ordener, au pied de la Butte Montmartre. Il choisit toutefois de s'installer définitivement à Andrésy (Yvelines) en 1938, dont il peint les rues, les maisons et les paysages de bord de Seine. Il pose également son regard sur d'autres sites, situés plus en amont, à Clichy, Asnières ou Epinay-sur-Seine. Lors d'escapades en Bretagne, Renefer immortalise les plages de Carnac ou du Loctudy.

Renefer, Jean Constant Raymond Fontanet dit, Dans l'île d'Andrésy, aquarelle, sd [20e siècle]. Inv. 50.13.1
Renefer, Jean Constant Raymond Fontanet dit,
Vue sur la Vallée de la Seine du haut d'Andrésy, aquarelle, sd [20e siècle]. Inv. 50.13.1
Photo Benoît Chain, 2002

Le musée de l'Île-de-France conserve deux tableaux et une aquarelle de la main de Renefer. Le paysage intitulé Fin d'Oise représente, comme son titre le suggère, la confluence de la Seine et de l'Oise. Le point de vue du peintre se situe sur le pont reliant Andrésy à Conflans-Sainte-Honorine, quelques mètres avant que l'Oise ne se jette dans la Seine. Dans l'angle inférieur gauche du tableau, un remorqueur à vapeur, à la haute cheminée fumante, avance sur un axe transversal, ridant la surface de l'eau et déposant un peu d'écume sur son passage. La pointe de la rive gauche et le quai aménagé du port des Guêpes, où quatre remorqueurs ont jeté l'amarre, se font face. Derrière le port des Guêpes, un chemin planté d'arbres file vers le centre d’Andrésy. Dans le fond de ce paysage un peu brumeux, à la tonalité gris-bleu, quelques arbres et les maisons de la rive opposée de la Seine se reflètent dans l'eau.

Renefer, Jean Constant Raymond Fontanet dit, Inondation à Andrésy, vers 1951. Inv. 51.20.6
Renefer, Jean Constant Raymond Fontanet dit,
Inondation à Andrésy, vers 1951. Inv. 51.20.6
Photo Pascal Lemaître.


Renefer appréciait de se promener sur les bords de Seine, ce qui lui inspira l'oeuvre intitulée Fin d'Oise. Dans le magazine ABC, il publie et illustre, en 1932, une Promenade en Parisis qui évoque le site illustré par le tableau. Le texte dit : « Un peu plus loin, le confluent de la Seine et de l’Oise : une belle nappe d’eau, l'apothéose des nuances et... le « dépôt » des remorqueurs appelés guêpes. ». Exécuté vers 1933, le tableau de Renefer conserve le souvenir de la manière impressionniste, notamment l'indication, par quelques coups de pinceau rapides, des reflets colorés de l’eau. Toutefois, la surface picturale assez uniforme et l'atmosphère générale du tableau suggèrent peut-être d’autres influences, faisant de Renefer le discret représentant d'un fauvisme tardif, dépouillé de ses couleurs les plus vives, proche de Marquet et de Camoin. Le second tableau du musée de l'Île-de-France, plus tardif, Inondation à Andrésy (vers 1951,  Inv. 51.20.6), s'inscrit plutôt dans une veine expressionniste explorée par Vlaminck, dans les dernières années de son activité artistique.

Plus d'informations sur le site www.renefer.org

Site internet du département des Hauts-de-Seine

domaine-de-sceaux.hauts-de-seine.fr est un site du conseil départemental des Hauts-de-Seine