Musée du Domaine départemental de Sceaux: Carmontelle, Les Quatre saisons
Le domaine de sceaux
  • Vous êtes ici :
  • Accueil
  • › Carmontelle, Les Quatre saisons

Un panorama de 42 mètres de long

Carmontelle, Les Quatre saisons

Le Musée de l’Ile-de-France conserve un transparent de Carmontelle exceptionnel constitué de 119 feuilles de papier, formant au total un rouleau de 42 mètres, le plus long de cet artiste connu au monde.

Naissance de l’image animée

Les spectacles associant transparence et lumière se développent au XVIIIe siècle. L’originalité de l’oeuvre de Carmontelle est d’avoir été conçue pour être regardé en transparence. Le dessin était déroulé, image par image, dans une boîte possédant deux ouvertures, placée devant une fenêtre ou une chandelle. L’auteur agrémentait son spectacle, donné à une assistance restreinte, de commentaires ou de musique.

Vues de l’Ile-de-France : entre jardins et paysages

Le transparent des Quatre Saisons, développe, sur 42 mètres, tous les thèmes chers à l’artiste : les campagnes idéalisées et les jardins pittoresques, parsemés de petites architectures appelées « fabriques », l’ensemble animé de personnages appartenant aux différentes couches de la société.

Champs cultivés, bosquets et rivières environnent les villages posés sur les douces collines ou vallées de l’Ile-de-France. Les divers tableaux du transparent montrent les travaux des champs, tels la fenaison ou la moisson, les activités dans les bourgades et les fêtes, animées par des personnages aux costumes d’une grande variété.

Demeures cossues, églises aux toits pointus, moulins à aubes ou à vent défilent au gré des saisons. L’hiver présente des arbres dépouillés et une campagne enneigée, aux lacs parcourus par des traîneaux de fantaisie, le printemps se pare d’arbres en fleurs, l’été éclate dans des contrastes de couleurs vives, l’automne baigne dans une chaude harmonie. Par ailleurs la technique de l’artiste lui a permis de restituer habilement des scènes nocturnes ou d’incendie, comme ses contemporains fascinés notamment par les éruptions napolitaines du Vésuve.

Un divertissement au siècle des Lumières

Ces inventions et créations artistiques originales ont été encouragées par le grand mouvement intellectuel né dans les salons du Siècle des Lumières, dont l’influence s’est largement diffusée dans toute l’Europe et même jusqu’au cœur de la jeune nation américaine. Introduit dans l’aristocratie foncière et proche de la grande bourgeoisie financière, Carmontelle côtoyait également les cercles des encyclopédistes, des physiocrates et scientifiques. Ainsi naquirent ses transparents, ses portraits, ses proverbes, reflétant l’art de vivre de cette société qui appréciait la comédie et les divertissements, mais qui aspirait aussi au bonheur et au progrès au sein d’une nature recomposée.

Site internet du département des Hauts-de-Seine

domaine-de-sceaux.hauts-de-seine.fr est un site du conseil départemental des Hauts-de-Seine