Musée du Domaine départemental de Sceaux: Jean Fautrier, La jeune fille
Le domaine de sceaux
  • Vous êtes ici :
  • Accueil
  • › Jean Fautrier, La jeune fille

La figuration informelle

Jean Fautrier, La jeune fille

Jean Fautrier, La jeune Fille, Technique mixte sur papier marouflé sur toile, vers 1942. Photo Pascal Lemaître. INV. 66.13.8. Adagp, Paris, 2010.

Jean Fautrier, né en 1898, est un artiste aux multiples talents : peinture, dessin, pastel, aquarelle, mais aussi gravure à l’eau-forte et sculpture.

Il est possible de distinguer deux périodes dans sa carrière. Tout d’abord artiste figuratif, Fautrier peint des nus, des natures mortes, des fleurs et des paysages. Fautrier évolue ensuite vers la figuration informelle.

A partir des années 1930, Jean Fautrier abandonne les techniques traditionnelles de la peinture et du pastel. Il met au point un procédé, appelé la « haute pâte ». La matière est constituée d’épaisseurs de papiers entassés, saupoudrés de pastel, le tout agglutiné par de la colle. Ces empâtements sont ensuite écrasés et façonnés par l’artiste. Après séchage de cette pâte, Fautrier y applique de légères couches de peinture à l’huile ou de pastel dilué. Cette technique, où la forme précède le sens, a amené les historiens d’art à le classer parmi les représentants de l’art informel.

Peu de temps avant sa disparition en 1964, Jean Fautrier fait une donation importante au Musée de l’Ile-de-France. Ce fonds permet d’appréhender l’évolution du style de l’artiste tout au long de  sa carrière et de découvrir ses thèmes de prédilection. Les pièces phares de cette donation sont les petits tableaux de la série des Otages.

Les évènements dramatiques de la Seconde Guerre mondiale marquent profondément Fautrier. Après son arrestation par la Gestapo, il se réfugie chez le docteur Savoureux, dans l’ancienne maison de Châteaubriand à la Vallée-aux-Loups. Là, il est le témoin de la fusillade de résistants de Fresnes. Bouleversé, il réalise la série des Otages entre 1940 et 1945, représentant les portraits des victimes et traduisant la barbarie des exécutions.

Chaque tableau, bien qu’unique, est numéroté. Fautrier renforce ainsi la dimension tragique de son œuvre, rappelant que pour ses tortionnaires, les fusillés étaient des anonymes, des numéros.  La Jeune Fille, peinte vers 1942, est une de ses œuvres les plus abouties, associant étroitement dessin et matière. Fautrier n’emploie presque plus de pigments à l’huile, au profit de l’enduit, qu’il grave et saupoudre de pastel.

Les années suivantes, Fautrier illustre plusieurs ouvrages dont L'Alleluiah de Georges Bataille et Fautrier l’Enragé de Jean Paulhan qui lui est consacré. En 1955, il se lance dans une nouvelle série intitulée Objets. En 1956, en référence à l’insurrection du peuple hongrois contre l’occupation soviétique, il exécute la série des Partisans, qui rappelle celle des Otages.

A la fin de sa vie, Fautrier ne peint plus que des tableaux composés de formes géométriques et de lignes colorées.

Site internet du département des Hauts-de-Seine

domaine-de-sceaux.hauts-de-seine.fr est un site du conseil départemental des Hauts-de-Seine