Rechercher

Orangerie

Jules Hardouin-Mansart, Premier architecte du roi Louis XIV, édifia l’Orangerie en 1686 pour le marquis de Seignelay, fils aîné de Colbert.

Conçu pour abriter les plantes en caisse du jardin d’agrément d’André Le Nôtre, ce bel édifice servit dès son achèvement de galerie d’art. Seignelay y rassembla ainsi une partie de ses collections de tableaux et de sculptures. Dépôt lapidaire du musée du Domaine départemental de Sceaux, l’Orangerie est la salle de concert où se tient chaque année le Festival de l’Orangerie et, tout au long de la saison culturelle, spectacles, concerts et conférences.

L’Orangerie fait partie des bâtiments du Domaine départemental de Sceaux que le Département des Hauts-de-Seine a souhaité ouvrir à la privatisation pour l’organisation d’événements privés.

L'orangerie au XXème siècle

Un obus détruisit le vestibule est et trois travées de l’Orangerie pendant la guerre de 1870. Fragilisé, l’édifice fut fermé, mais demeura longtemps en mauvais état, comme en témoigne une photographie prise vers 1930. La restauration de l’édifice, menée par le Département des Hauts-de-Seine en 2014, rendit à l’Orangerie d’Hardouin-Mansart son lustre d’antan.

L'Orangerie de Sceaux vers 1930

Ce bâtiment historique du domaine de Sceaux suscita l’intérêt de nombreux artistes, depuis l’époque de sa création jusqu’à nos jours. Les collections du musée du Domaine départemental de Sceaux témoignent de l’attrait de l’Orangerie d’Hardouin-Mansart et de ce coin du parc sur les peintres, dessinateurs et illustrateurs du XXe siècle, à l’instar d’Elisabeth Sonrel (1874-1953), une artiste formée à l’École des Beaux-Arts de Paris, dans l’atelier de Jules Lefebvre (1834-1912).

L'Orangerie aujourd'hui