Rechercher

Les Grandes Heures de Sceaux

Créées en 2011, Les Petites Nuits de Sceaux changent de format pour devenir Les Grandes heures de Sceaux. Organisées au musée du Domaine départemental de Sceaux, elles sont l’évocation des fameuses Grandes Nuits (1714-1715) données par la duchesse du Maine. Elles vous seront proposées au fil des saisons.

En leur temps, ces rendez-vous constituèrent une alternative aux soirées compassées de Versailles – Voltaire en témoigne qui écrivit : « on s’amuse autant à Sceaux qu’on s’ennuie à Versailles » – et constituèrent un laboratoire artistique de première importance. Littérature, théâtre, musique, danse s’y développèrent dans un constant souci d’émulation et dans une ambiance festive mêlant les pratiques professionnelles aux interventions des courtisans qui, conformément aux usages du temps, ne rechignaient pas à prendre le risque d’une interprétation. L’humour et le sens de l’autodérision, traités avec une réelle exigence intellectuelle, régnaient en maîtres à la cour de Sceaux que Nicolas de Malézieu, grand ordonnateur des soirées de la duchesse, avait surnommées « les galères du bel esprit ».

Ce moment très brillant de l’histoire du domaine de Sceaux a été choisi comme point de référence pour créer une animation culturelle  s’appuyant sur des références historiques et patrimoniales : Les Grandes heures de Sceaux.

Le format a évolué au fil des ans vers une plus grande variété dans les disciplines artistiques (musique du monde, danse baroque et bal pour enfants, florilèges, imagerie numérique). L’intégration de spectacles pour les scolaires le vendredi et pour les familles le dimanche a vocation à toucher un public plus large. La programmation artistique des Grandes heures de Sceaux s’intègre par ailleurs dans le projet scientifique et culturel du musée. Les spectacles et animations sont ainsi choisis en résonnance de la ligne programmatique générale de l’établissement. Les visiteurs trouvent dans les propositions du musée, une expérience qu’ils ne pourraient vivre dans un autre lieu de spectacle traditionnel ! Le nouveau parcours permanent recentre le propos autour de l’histoire du domaine, avec une approche à la fois chronologique et esthétique des collections. Chacune des grandes salles du château est désormais consacrée à l’un des propriétaires et, par extension, à la période artistique correspondante. Le château entièrement redécoré dans les styles XVIIe, XVIIIe et XIXe siècle et sa muséographie illustrent ainsi le goût français de Louis XIV à Napoléon III. 

 

Les rituels modernes de la fête de Noël apparurent au XIXe siècle : le domaine de Sceaux était alors entre les mains du duc et de la duchesse de Trévise.

Le 24 décembre, au retour de la messe de minuit, il était d’usage de se retrouver autour d’un réveillon relativement simple, les domestiques étant eux-mêmes réunis en famille. Le boudin grillé et des plats froids, comme la dinde truffée, étaient à l’honneur. Les enfants avaient placé leurs souliers devant la cheminée, dans l’espoir de les retrouver le lendemain remplis de cadeaux. Selon les familles, on évoquait comme dispensateur des présents le père Noël – bien différent de celui d’aujourd’hui, venu des États-Unis – ou le Petit Jésus, dont les imaginaires sont tous deux issus de la tradition germanique. L’échange des cadeaux, pas ou très modestement emballés, se faisait au pied du sapin, arrivé d’Allemagne lui aussi et introduit à Paris en 1840 par Hélène de Mecklembourg-Schwerin, belle-fille du roi Louis-Philippe, à laquelle il rappelait son enfance. La tradition en fut ensuite diffusée en France par les milliers d’Alsaciens exilés à la suite de la guerre de 1870.

L’arbre de la famille des Trévise devait être chargé de bougies et de friandises, comme dans le conte Casse-Noisette et le Roi des souris d’Hoffmann, dont l’adaptation d’Alexandre Dumas inspira Tchaïkovsky.

En cette seconde moitié du XIXe siècle, le rituel familial se substituait au rituel religieux, au sein d’un foyer célébré comme refuge face à la montée en puissance d’une société industrielle favorisant la standardisation des imaginaires.
 

Au programme
 

  • VENDREDI 10 DECEMBRE
Visite nocturne du Château
Le Château des Trévise fut construit entre 1852 et 1866 sur l’emplacement de l’ancien Château des Colbert. Il abrite aujourd’hui les collections permanentes du musée dans un décor totalement rénové. Pour la période des fêtes de fin d’année, le Grand Salon blanc sera entièrement décoré dans l’esprit d’un Noël au temps des Trévise.
Visite libre de 19h à 22h - visite guidée à 19h et à 20h30
Droit d’entrée du musée pour la visite libre ou guidée

 

  • SAMEDI 11 DECEMBRE
Ateliers de danses historiques : valse, polka et quadrille français
L’association Carnet de bal propose une initiation à la Valse, à la Polka et au Quadrille français en préparation du Grand Bal le soir dans l’Orangerie. Aucun prérequis n’est nécessaire.
Dans l’Orangerie : à 15h et 16h30
Gratuit avec le billet du samedi soir ou payant pour l’atelier seul : 6 € PT / 4 € TR

Visites guidées du Château des Trévise
14h et 16h
2 € en supplément du droit d’entrée

Grand Bal Second Empire
L’association Carnet de Bal animera dans l’Orangerie du domaine, un Grand Bal Second Empire. Vous découvrirez les danses historiques du XIXe siècle lors de démonstrations avant de vous élancer à votre tour sur la piste de danse. Les invités sont attendus costumés ou accessoirisés à la mode du Second Empire pour ce moment festif.

Dans l’Orangerie : 20h
16 € / 12 € TR

 

  • DIMANCHE 12 DECEMBRE

Atelier manuel : Casse-Noisette
Casse-Noisette, personnage d’un conte d’Hoffmann repris par Alexandre Dumas, est emblématique d’un décor de Noël dans les familles du XIXe siècle. Les enfants fabriqueront un soldat Casse-Noisette traditionnel, qui trouvera certainement place dans la maison, pour célébrer la fin de l’année.
Rendez-vous au château à 10h - atelier aux Anciennes Écuries de 10h à 12h
5 €

 

Contes de Noël
« C’était la nuit de Noël, un peu avant minuit, à l'heure où tout est calme, même les souris... ». Plongez dans la magie de Noël avec trois magnifiques contes de Noël, Lalégende de Saint-Nicolas, les Pommes de pin d’argent et La nuit avant Noël et revivez l'enchantement de la nuit du 24 décembre.
Un spectacle de Noël original, mêlant contes, musique et magie à partager en famille dès 4 ans par la compagnie de l’Alouette, avec la collaboration des Amis du Musée et du Domaine de Sceaux. Vivaldi, Tchaïkovski, Fauré et bien d’autres, accompagnent ces récits où le partage et l’hospitalité sont à l’honneur.
Dans l’Orangerie : 15h
5€

Concert de Noël par la Maîtrise des Hauts-de-Seine
La Maîtrise des Hauts-de-Seine propose un concert de Noël chanté par le chœur d’enfants de 5 à 25 ans. Cette maîtrise sacrée Chœur de l’Opéra national de Paris, accompagnée par huit musiciens, interprètera les grands classiques tels que Le Divin Enfant, Jingle Bells ou LeGloria de Vivaldi.
Dans l’Orangerie : 18h
Gratuit

 

Musée du Domaine départemental de Sceaux
8 avenue Claude Perrault
92330 Sceaux
domaine-de-sceaux.hauts-de-seine.fr

Toutes les animations sont sur réservation :
 01 41 87 29 71 ou
 resa.museedomainesceaux@remove-this.hauts-de-seine.fr

 

 

 

Le musée du Domaine départemental de Sceaux dévoile sa nouvelle programmation culturelle avec la première saison des Grandes Heures de Sceaux, consacrée à l’astronomie au temps de la duchesse du Maine.

Anne-Louise-Bénédicte de Bourbon, duchesse du Maine, contemporaine de Newton, était férue de sciences et d’arts. Savante et insomniaque, elle fit de la cour de Sceaux un lieu voué à l’esprit dont l’exercice se portait tour à tour sur les divertissements les plus raffinés ou sur l’étude des sciences, alors en pleine mutation. Au centre des préoccupations scientifiques de l’époque, Nicolas de Malézieu, académicien, ancien précepteur du duc du Maine et grand ami de la duchesse, réalisa des expériences astronomiques dont les résultats étaient considérés au-delà des frontières du royaume de France. OEuvres d’art et objets scientifiques présentés dans les salles du musée témoignent de ces pratiques. Le musée propose un programme riche d’activités pour tous les âges autour de la science des étoiles.
 

Au programme
 

  • TOUT LE WEEK-END
Exposition des photographies de Renaud Leduc.
Professeur de piano, Renaud Leduc est l’archétype de l’astronome amateur qui, porté par la passion et la patience, finit par acquérir une compétence reconnue des professionnels. Ses photographies astronomiques ont été saluées et publiées par les meilleurs spécialistes. Un exemple à suivre…
À l’occasion des Grandes Heures de Sceaux et jusqu’au 17 octobre, le musée présente les plus belles photographies de Renaud Leduc à l’intérieur du château.

Visites guidées du château
Samedi et dimanche à 14h et 16h
Public adulte - Tarif : droit d’entrée + 2 €
Sur réservation au 01 41 87 29 71 ou resa.museedomainesceaux@remove-this.hauts-de-seine.fr

Visite du château avec une évocation particulière de la duchesse du Maine et de son engouement pour les sciences et l’astronomie. Membre de l’Académie des Sciences, Nicolas de Malézieu organisa pour la cour de Sceaux observations du ciel et leçons d’astronomie dont le fameux tableau de François de Troy, La leçon d’astronomie de la duchesse du Maine garde le séduisant témoignage.
 
  • LE VENDREDI 1ER OCTOBRE A 20H
Concert symphonique Les Planètes de Gustav Holst suivi d’observations astronomiques
À l’Orangerie - Sur réservation au 01 41 87 29 71 ou resa.museedomainesceaux@remove-this.hauts-de-seine.fr
Tarif : 16 € - Tarifs réduits : 12 € / 6 €
(concert et observation du ciel)

Concert symphonique avec l’ensemble amateur Ondes plurielles suivi d’une observation des étoiles de Saturne et Jupiter au télescope par la Société astronomique de France. Ce poème symphonique est composé de sept mouvements correspondant chacun à une planète du système solaire exprimé selon une vision astrologique. Écrit peu avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale, le premier mouvement, consacré à Mars, apparaît comme prémonitoire. Ce mouvement se retrouve dans de nombreuses musiques de films tels que Star Wars, La Marche impériale ou Gladiator.

 

  • LE SAMEDI 2 OCTOBRE
Conférences
Pour une histoire scientifique et culturelle de l’astronomie
De 15h à 18h
À l’Orangerie
Tarif : 6 € - Tarif réduit : 4 €
Sur réservation au 01 41 87 29 71 ou resa.museedomainesceaux@remove-this.hauts-de-seine.fr
- Une histoire de l’astronomie des Babyloniens au début du XVIIIe siècle, Universcience/Observatoire de Paris
Présentation des principales étapes de l’histoire de l’astronomie, particulièrement sur les découvertes qui ont modelé les différentes conceptions de l’Univers. Des Babyloniens en passant par Ptolémée, Copernic et Kepler jusqu’à la fondation de l’Observatoire de Paris en 1667, ce panorama s’achèvera avec l’activité
astronomique du château de Sceaux au début du XVIIIe siècle.
Par Denis Savoie, Universcience/Observatoire de Paris

- Macrocosme et microcosme dans l’art de l’Occident moderne
L’astronomie et l’art ont en commun de travailler sur la structuration et la compréhension de l’espace. Cette conscience d’un enjeu partagé atteignit son apogée avec la Renaissance (XVe-XVIe siècles), tandis que l’homme essayait de faire de son corps une métaphore parfaite de l’univers. De la hiérarchie des anges aux
observations de Léonard de Vinci, comment l’art accompagna le passage de la métaphysique à la science.
Par Dominique Brême, directeur du musée du Domaine départemental de Sceaux

- L’Astronomie d’hier et de demain
Depuis la première observation à la lunette par Galilée en 1610, l’astronomie a développé des outils lui permettant de détecter des objets de moins en moins lumineux, de plus en plus distants, dans des couleurs invisibles à nos yeux. Après avoir évoqué ces évolutions, le propos portera sur les progrès de ces dernières décennies et les nouvelles questions astrophysiques que cela soulève.
Par Jean-Philippe Uzan, CNRS / Institut d’Astrophysique de Paris
Observations du ciel
À 20h30, 21h, 21h30 et 22h
Sous réserve des conditions atmosphériques adéquates
Derrière le château - Tarif : 5 €
Sur réservation au 01 41 87 29 71 ou resa.museedomainesceaux@remove-this.hauts-de-seine.fr

Les médiateurs de la Société astronomique de France vous invitent à observer au télescope Jupiter et Saturne lors d’une soirée exceptionnelle au clair de lune dans le parc de Sceaux.
 
  • LE DIMANCHE 3 OCTOBRE
Ateliers scientifiques autour du système solaire
De 10h30 à 12h30 et de 14h à 18h
RDV au bus sur l’esplanade du château
Gratuit

Sur réservation pour l’escape game au 01 41 87 29 71 ou resa.museedomainesceaux@remove-this.hauts-de-seine.fr
Embarqués dans le bus aménagé en navette spatiale, les médiateurs de l’association Space Bus feront découvrir l’astronomie et la science au grand public. Toute la journée, des ateliers de découverte et de manipulation sont proposés pour faire découvrir aux enfants et aux adultes, le système solaire, la conquête spatiale et démêler le vrai du faux dans la science vue par le cinéma. Les plus aventureux embarqueront dans la navette spatiale pour un escape game MissionMars de 20 minutes.

Spectacle Jeune public
Galileo Galilei, un petit bond dansl’infiniment petit

À 15h - Spectacle à partir de 6 ans
À l’Orangerie

Galileo Galilei s’emballe ! Lunette braquée sur le ciel, il n’en revient pas : la lune n’est pas une boule lisse, mais possède une surface raboteuse et inégale ! Il s’émerveille : « Ma che bello...! » L’enfant, intrigué par ce voyageur venu du passé, l’interroge : « Dis, Galileo, pourquoi les choses sont comme ça ? Moi aussi je veux comprendre ! » Main dans la main, le grand scientifique et l’enfant contemplent le mystère des planètes et revisitent le moment où Galilée découvre que la Terre n’est pas au centre de l’univers. Un spectacle actuel autour d’une interrogation millénaire.
Par L’Académie des Lynx
Tarif : 5 € - Sur réservation au 01 41 87 29 71 ou resa.museedomainesceaux@remove-this.hauts-de-seine.fr